Compétences financières en Suisse

Même si le niveau des compétences financières est plus élevé en Suisse que dans d’autres pays, notre pays fait face à des défis dans ce domaine. Alors qu’il existe de nombreux programmes d’éducation financière de base, aucune stratégie nationale de coordination n’est mise en œuvre, ce qui reste un frein à l’amélioration des compétences financières en Suisse.

Les compétences financières, qu’est-ce que c’est? Pourquoi est-ce important?

L’OCDE définit les compétences financières, aussi appelées culture financière, comme la «combinaison des connaissances, des savoirs, des compétences, des attitudes et des comportements dans le domaine financier indispensables pour prendre des décisions financières en connaissance de cause et, en fin de compte, parvenir au bien-être financier.» Les compétences financières sont souvent mesurées à l’aide du Big Three, soit trois questions sur les taux d’intérêt, l’inflation et la diversification des risques.

D’après diverses études, de faibles compétences financières vont souvent de pair avec un fort endettement ou un faible taux d’épargne pour la retraite. En outre, la transition démographique pèse de plus en plus sur le système de rentes et les produits financiers se complexifient. L’ensemble de ces facteurs rend les compétences financières d’autant plus importantes.

Quelle est la situation en Suisse?

Bien que la Suisse soit l’un des pays les mieux classés dans ce domaine, avec l’Allemagne et les Pays-Bas, le niveau général des compétences financières reste faible. Au sein de la population suisse, seuls 50% des personnes peuvent répondre correctement à des questions de base sur les taux d’intérêt, l’inflation et la diversification des risques. Les compétences financières sont particulièrement faibles chez les ménages à faible revenu, les ménages moins instruits ainsi que chez les femmes.

En Suisse, les programmes scolaires couvrent assez bien la formation financière de base. Les aspects financiers personnels, même s’ils sont rarement au cœur de l’enseignement dispensé, font partie de la formation économique de base au sens large.

Il reste néanmoins une marge d’amélioration. En effet, l’étude PISA, qui mesure la performance du système éducatif à la fin de la scolarité obligatoire, fait apparaître en Suisse une tendance à la baisse dans tous les domaines évalués (lecture, mathématiques et sciences naturelles) depuis 2012.

Comment améliorer les compétences financières en Suisse?

En Suisse, le rôle des autorités publiques quant à la formation financière était jusqu’à présent limité, à l’opposé de la tendance observée sur le plan international. À l’exception de «Il franco in tasca», le programme de prévention contre le surendettement mis en œuvre par le canton du Tessin, il n’existe pour l’instant que très peu d’enquêtes, d’expériences pédagogiques ou de campagnes à grande échelle dans ce domaine. Par exemple, la Suisse ne prend pas part au module optionnel de l’enquête PISA sur les compétences financières, effectué régulièrement depuis 2012.

Stratégies nationales de formation financière des pays voisins

Allemagne:
L’Allemagne a récemment lancé une initiative sur la formation financière destinée à renforcer les compétences de la population. Vous trouverez de plus amples informations ici (disponible uniquement en allemand).

 

Autriche
En 2021, l’Autriche a introduit une stratégie nationale d’éducation financière sous la houlette du ministère des finances et de la Banque nationale d’Autriche. Vous trouverez de plus amples informations ici (disponible uniquement en allemand).

 

Italien:
L’Italie dispose d’une stratégie nationale d’éducation financière depuis 2017. Le comité Comitato EduFin a été créé pour la mise en œuvre de cette stratégie. Il se compose de membres de divers organes gouvernementaux et autorités de surveillance, dont la Banca d’Italia, la banque centrale italienne.

 

France: 
La France bénéficie depuis 2006 d’une association de coordination, l’Institut pour l’Éducation Financière du Public (IEFP), plus connue sous le nom de La finance pour tous.

Contrairement à ce qui se passe dans de nombreux pays, il n’existe en Suisse aucune stratégie nationale ni autorité supervisant la formation financière. À la place, de nombreuses organisations publiques et privées, telles que des services de conseil en matière de budget et de dettes, ou des institutions du secteur financier à but lucratif, mais aussi la Banque nationale suisse (BNS), proposent des programmes de formation autour des thèmes financiers, qui ne sont toutefois pas coordonnés ni régis par un concept national.

Si des efforts sont faits pour développer un réseau informel, il n’existe aucune approche systématique. De nombreux programmes s’adressent donc au même groupe cible facilement accessible des élèves, alors que d’autres groupes sont laissés de côté.

Coordonner les différents programmes à l’échelle nationale et attester plus systématiquement de leur efficacité participeraient grandement à l’amélioration constante des compétences financières en Suisse. Les données sont de manière générale plutôt maigres et des bases de recherche et de données sont nécessaires.

Conclusion

Même si la Suisse devance d’autres pays dans le domaine des compétences financières, elle fait face à des défis majeurs. L’absence d’une stratégie nationale, la coordination limitée entre les différentes parties prenantes et l’orientation unilatérale de l’offre qui en résulte montrent à quel point il est nécessaire d’avoir une approche globale et coordonnée.

Handbook on Financial Literacy

Vous trouverez une étude approfondie de la situation des compétences financières en Suisse dans le Handbook on Financial Literacy de janvier 2022 (Routledge Publishing House).

Themenheft zur Rolle der finanziellen Bildung für die Gesellschaft

Dans un article du bulletin thématique de la série DAV KOMPASS, les professeures Tabea Bucher-Koenen et Carmela Aprea de l’université de Mannheim analysent pourquoi la formation financière est si importante pour une société. Elles expliquent ce que les personnes vivant en Allemagne savent ou ne savent pas, et présentent les facteurs indispensables à une bonne stratégie financière.

Retrouvez l’article à cette adresse (disponible uniquement en allemand).

Article de:
Iconomix Team
créé le 09.11.2023

Contributions sur le sujet

Etudes
02.12.2022

L’éducation financière de base porte ses fruits

Davantage de responsabilité individuelle en prévoyance vieillesse, des produits financiers plus complexes, un accès élargi au crédit – disposer de bonnes compétences financières revêt une importance accrue de nos jours. Il ressort d'une nouvelle méta-étude que l’éducation financière de base y contribue parfaitement.

Vers la story