Banque nationale suisse
Numérisation: quel impact sur le travail du futur?
Emploi, revenus et conjoncture
()
146 Visites
Numérisation: quel impact sur le travail du futur?
lundi 29 janvier 2018

L’évolution technologique ne débouche pas obligatoirement sur un chômage de masse, affirme David Dorn dans une interview.

Les tâches basées sur des modes de travail précis sont plus faciles à automatiser. Source: Wikimedia – UKM Elisabeth Deiters-Keul (CC)

L’économiste David Dorn s’exprime sur les effets de l’évolution technologique dans une interview accordée au magazine «La Vie économique». Selon David Dorn, la digitalisation n’implique pas automatiquement une augmentation du chômage à long terme.

L’automatisation éventuelle d’un processus précis n’entraîne pas nécessairement la mort de toute une profession. 
D’une part, nous sous-estimons souvent la palette d’activités d’une profession. Par exemple, un chauffeur de camion ne fait pas que conduire; il s’occupe aussi du chargement et du déchargement de son véhicule et de tous les aspects administratifs liés à son activité. En outre, il doit réagir à des situations imprévues, comme des conditions routières compliquées ou la présence de chantiers. 
D’autre part l’acceptation sociale joue aussi un rôle important: sommes-nous prêts, même si cela est possible, à voyager à bord d’un avion sans pilote?

N’oublions pas non plus que l’évolution technologique va créer de nouveaux emplois principalement dans deux types de professions. Il s’agit d’abord des emplois les mieux qualifiées et rémunérées (managers, ingénieurs et scientifiques). La seconde catégorie comprend des activités qui peuvent être exercées assez facilement par des personnes ayant une formation scolaire limitée, mais qui posent encore des problèmes insurmontables aux machines. C’est le cas notamment dans la restauration, le nettoyage et la garde d’enfants.

David Dorn précise que toutes les activités ne profiteront pas de manière égale de l’évolution technologique: les tâches basées sur des modes de travail précis seront automatisées. Par contre, d’autres activités s’en trouveront renforcées. Ce sont les activités dans lesquelles la créativité, l’interaction entre les êtres humains, la résolution de problèmes et l’élaboration de stratégies jouent un rôle important. La numérisation épargne également les professions qui exigent des qualités fondamentalement humaines, comme la reconnaissance d’objets, la motricité fine ou l’orientation dans l’espace.

D’après David Dorn, il est important d’investir dans la formation de la nouvelle génération. 

Vous pouvez lire l’interview dans son intégralité dans la Vie économique du 21.12.2017 : «Le rythme de l’évolution technologique ralentit

Pour en savoir plus

Pour l’équipe d’iconomix,
Sébastien Bétrisey et Valérie Müller

× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Nombre de caractères restants: 800
captcha

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.