Blogs apparentés

 
 
L’équipe d’iconomix, jeudi, 13 février 2014, 16:02

Le marché immobilier toujours à risque

Selon Jean-Pierre Danthine, vice-président de la Banque nationale suisse, la méfiance doit prévaloir sur le marché immobilier et sur celui des hypothèques.

Les acquéreurs d’appartement ou de maison doivent prendre en considération la possible baisse de valeur du bien immobilier. Ils doivent également être en mesure de surmonter une hausse des taux hypothécaires.

C’est dans un entretien donné au Sonntagsblick que le vice-président de la Banque nationale a confié ses craintes pour le futur. Il a également bien fait comprendre que le risque n’existe pas uniquement dans les régions de Zurich, Genève et Lausanne mais bien pour l’intégralité de la Suisse.

Jean-Pierre Danthine, vice-président de la BNS depuis avril 2012. (source: BNS)

Tout en évitant le terme de bulle immobilière, Jean-Pierre Danthine alerte quand même la population au sujet «des déséquilibres qui s’accroissent sur le marché des hypothèques et de l’immobilier».

Il comprend cependant les banques, qui tentent de maximiser les volumes de prêts hypothécaires, étant donné que les marges sur le marché des hypothèques sont actuellement minimes.

Est-ce que la Banque nationale pourrait agir pour minimiser les risques? Oui, en relevant ses taux. Cependant, si cette possibilité existe, elle n’est, à ce jour, pas d’actualité: en effet, Jean-Pierre Danthine rappelle que la mission principale de la BNS est de garantir la stabilité des prix. Le taux plancher soutient ce principal objectif, et une hausse des taux le compromettrait fortement.

Blog apparenté:

Pour en savoir plus:

Pour l'équipe d'iconomix,
Bertrand Bise

entry tx_cabagblog_domain_model_entry Multi 912 24 900
(0)
(0)
 
276 Visites, 1 Commentaires
 
Commentaires (1)Commenter
Sébastien Frisco
24 août 2014, 18:08
Les taux bas alimentent la bulle

En 2014 des appartements en PPE se sont bien vendus à Genève. Moins de vente, certes, mais le prix au mètre carré à de nouveau atteint des records avec beaucoup de lots vendus à plus de 10'000,- le mètre carré. Telle est la situation des taux d'emprunt qui sont toujours très bas. La Confédération a déjà agit pour freiner la hausse des prix et les nouvelles directives porteront leurs fruits, mais ça va prendre du temps, même peut être des années, à moins que les taux remontent d'ici là, ce qui est peu probable pour le moment ...

Pour moi, plus bas sera les taux et plus dur sera la chute le jour où le système sera grippé. Des faillites se profilent ici et là dans l'immobilier romand pour des petits promoteurs et beaucoup d'objets ne se vendent pas : les prix sont si élevés que les clients prennent peur ...

Ajouter un commentaire


*

Entrez le code

Les champs marqués d’un astérisque (*) doivent être remplis.

Remarque: Nous apprécions les discussions franches, mais nous nous réservons le droit d’effacer les propos insultants. Pour plus d’infos, voir les Règles concernant les commentaires

 

Annuler