Banque nationale suisse
Le vélo en libre-service et l’économie
Etat et société
Marché et commerce
()
110 Visites
Le vélo en libre-service et l’économie
jeudi 13 septembre 2018

Le vélo en libre-service permet d’aborder de nombreuses questions économiques de manière pratique.

Des Vélib’ bien rangés...pour combien de temps? Source: flickr - Carlos Felipe Pardo (CC)

Comment décongestionner la circulation en ville, réduire la pollution, diminuer le stress? Par l’utilisation du vélo! Une évidence sur le papier qui constitue un casse-tête pour les villes. The conversation décrypte, au travers de trois articles, les problématiques de marché qui découlent du choix de différents modèles de vélos en libre-service.

Sélection par la concurrence ou monopole?

Le premier article pose la question des particularismes du marché. Un monopoleur ayant gagné un appel d’offre entre en concurrence avec des entreprises proposant un service similaire sur un marché libre. Le monopole subventionné des «vélos-moutons»(accrochés à des bornes) est confronté au libre-marché des «vélos-papillons» (chaque usager utilise le vélo pour le chemin voulu puis le laisse sur place). Les villes et le marché décideront quelles entreprises survivront.

Quelles externalités?

Le second décrypte les externalités induites par les «vélo-papillons»:

  • Le coût d’utilisation de l’espace public qu’il faut créer, entretenir, nettoyer, etc.
  • Les vols et déprédations demandent un travail accru de la Police.
  • Le coût du désordre induit par ces vélos dans le centre-ville.

Il pose la question du meilleur système pour favoriser le bien commun.

Une double «tragédie des communs»

Le troisième aborde la problématique des «vélos-papillons» en la comparant à la tragédie des biens communs. Le vélo, un bien privé peu cher et abondant, subit cette tragédie avec des utilisateurs qui en prennent peu soin dans l’utilisation ou le parcage. Ainsi, la ressource disponible a tendance à disparaître. L’espace public est aussi touché: la place à disposition de tous est restreinte et les vélos surexploitent la ressource. L’article soulève la question de la méthode à mettre en place pour mieux gérer ce bien.

Le meilleur système de vélos en libre-service est difficile à définir. Une certitude, un bien est plus attractif si son complément l’est aussi.

A vous de décider, si ces vélos rouleront plus souvent si les pistes cyclables sont gérées uniquement par les communes et les cantons ou si la Confédération doit aussi les encourager.

Pour en savoir plus

Cet article est une contribution d’un invité. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur.

× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Nombre de caractères restants: 800
captcha

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.