Créer ma propre varianteBETA Propositions de solutions Télécharger

Changement climatique: politique climatique internationale

Set d'exercices

    1. 1)
    1. a)

      Lisez les six citations suivantes sur le changement climatique et la politique. Cochez celle qui vous correspond le plus et justifiez votre réponse de manière brève et précise.

    1. b)

      Lisez l’exercice 2, puis examinez attentivement les étapes de la politique climatique internationale à l’aide de ce lien.


    1. 2)
    1. Cochez les déclarations qui sont exactes.

      En 2015, les Etats membres de la CCNUCC se sont entendus pour la première fois sur un objectif climatique universel contraignant.
      La responsabilité historique des pays industrialisés en matière d’émissions a souvent été un point d’achoppement pendant les négociations.
      Les changements climatiques affectent de la même manière les pays industrialisés et les pays en développement.
      Jusqu’à présent, pratiquement aucune population n’a eu de la peine à s’adapter aux conditions climatiques changeantes, telles que les sécheresses, les tempêtes, les inondations et la montée du niveau des océans.
      L’Accord de Paris sur le climat poursuit trois objectifs principaux: limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C (au plus 2 °C), accroître l’adaptation aux effets du changement climatique et mettre en place un financement respectueux du climat.

    1. 3)
    1. a)

      Lisez les tâches partielles b et c, puis regardez la vidéo d’ARTE «Accord de Paris, 5 ans après: promesses tenues?».

    1. b)

      La vidéo indique clairement que les Etats signataires ont jusqu’à présent peu respecté l’Accord de Paris sur le climat. Appuyez ce constat avec au moins deux citations appropriées provenant de la vidéo.

    1. c)

      Mettez-vous à la place de Laura Monnier, la juriste de Greenpeace présente dans la vidéo. Notez deux avantages et deux inconvénients de l’Accord de Paris sur le climat.


    1. 4)

      Il existe aujourd’hui un vaste consensus scientifique et politique selon lequel une limitation drastique des émissions mondiales de gaz à effet de serre contribuerait davantage à la prospérité que le statu quo (du moins, à long terme et sur le plan international).

      Pourquoi n’observons-nous cependant aucune limitation drastique des émissions mondiales de gaz à effet de serre, comme l’indique la vidéo d’ARTE?

    1. a)

      Ecoutez l’enregistrement audio «Jeu sur la prévention des émissions». Dans celui-ci, nous simulons une négociation internationale sur le climat. Vous jouez le rôle d’une cheffe de gouvernement.

       

    1. b)

      Vous demandez à vos assistants de préparer l’analyse coûts/avantages sous la forme d’un graphique pour le Parlement. Les résultats des deux pays sont exposés dans une matrice des avantages nets. Consultez attentivement la matrice et ses explications.

    1. Les résultats du pays 1 figurent dans la partie inférieure gauche de chaque cellule, et ceux du pays 2, dans la partie supérieure droite.

      Exemple: si vous coopérez tous les deux, c’est-à-dire financez les mesures visant à éviter les émissions, le pays 1 (vous) et le pays 2 obtiendront chacun un avantage net de 3 milliards de francs.


    1. 5)
    1. a)

      Après avoir consulté la matrice des avantages nets, répondez à la question: «Quelle décision prendriez-vous en tant que cheffe de gouvernement du pays 1?» Justifiez votre réponse.

    1. b)

      Quel résultat aurait été optimal du point de vue de la société (somme des avantages nets)? Référez-vous à la matrice des avantages nets et justifiez votre réponse.

    1. c)

      Pourquoi ce résultat n’a-t-il pas été obtenu? Complétez comme il se doit les phrases ci-dessous et tirez-en la conclusion qui s’impose.

      La cheffe de gouvernement du pays 1 pense:

    1. d)

      Tirez la conclusion de l’exercice c.

    1. e)

      Lisez attentivement le texte ci-après.

      Le jeu sur la prévention des émissions est comparable au «dilemme du prisonnier». Ce dilemme découle du fait que tous les participants obtiendraient un meilleur résultat, à savoir un climat plus stable, s’ils coopéraient (c’est-à-dire, dans le cas présent, s’ils finançaient les mesures visant à éviter les émissions). Or, les deux parties ont individuellement intérêt à ne pas coopérer, car les pays maximisent principalement leur prospérité nationale. C’est la raison pour laquelle, en présence de parties rationnelles, le résultat optimal du point de vue de la société ne peut être atteint.


    1. 6)
    1. a)

      Selon de nouvelles connaissances, les effets bénéfiques de la prévention des émissions sur le climat mondial ont été sous-estimés jusqu’à présent en raison des interactions de long terme. Examinez attentivement la matrice adaptée des avantages nets.

    1. b)

      Quels sont les changements par rapport à l’ancienne matrice des avantages nets?

    1. c)

      D’un point de vue individuel, quelle est à présent la stratégie optimale pour les pays 1 et 2?

    1. d)

      Quels effets a cette stratégie sur l’Accord sur le climat?


    1. 7)

      Biens publics

      Vous avez constaté dans le dilemme du prisonnier qu’un comportement individuel rationnel ne doit pas nécessairement être optimal du point de vue de la société. Cela tient aux caractéristiques particulières de la prévention des émissions en tant que bien.

    1. a)

      Lisez attentivement le texte ci-après.

      D’un point de vue économique, la réduction des émissions respectivement la protection du climat peut être considérée comme un bien - comme des jeans, des maisons ou un lac - des biens que nous pouvons utiliser ou «consommer». Le bien «réduction des émissions» respectivement «protection du climat»» possède bien sûr des caractéristiques particulières. En économie, la plupart des biens de consommation courante comme les vêtements sont appelés biens privés. Ceux-ci ont deux caractéristiques: premièrement, le propriétaire peut empêcher des tiers d’utiliser ses vêtements. En effet, la personne qui les possède peut déterminer leur utilisation. On parle alors d’excluabilité. Deuxièmement, une seule personne peut utiliser simultanément un vêtement. Il y a donc également rivalité dans la consommation.

    1. b)

      Pour déterminer le type de bien auquel appartient la réduction des émissions respectivement la protection du climat, vous devriez vous poser les deux questions ci-après:

      Excluabilité: peut-on empêcher quelqu’un de consommer la réduction des émissions respectivement la protection du climat?

      Rivalité dans la consommation: la consommation de la réduction des émissions respectivement la protection du climat par d’autres pays entrave-elle leur utilisation par autrui?

       

    1. c)

      En vous aidant de vos réponses à l’exercice b et du tableau ci-dessous, déterminez le type de bien auquel appartient la réduction des émissions respectivement la protection du climat.

                                                                                                                                                                                                                              

        Rivalité dans la consommation Non-rivalité dans la consommation
      Excluabilité Biens privés Biens club
      Non-excluabilité Biens communs Biens publics

       

    1. d)

      A votre avis, les biens publics ont-ils tendance à manquer ou à être utilisés de manière excessive? Justifiez votre réponse de manière brève et précise en utilisant le terme «passagers clandestins».


    1. 8)
    1. a)

      Complétez le texte ci-dessous avec les termes suivants.

      passagers clandestins / rationnel / effets externes favorables / acteurs / dommages irréversibles au climat

      Conséquences pour la protection du climat

      Le dilemme du prisonnier et la problématique des biens publics permettent d’expliquer pourquoi la politique climatique internationale est souvent défaillante. En effet, chaque pays a tout intérêt à ce que tous les autres sauf lui évitent d’émettre du CO2. Or, les personnes qui tirent parti des contributions des autres sans s’investir elles-mêmes sont considérées comme des . Certes sur le plan individuel, ce comportement peut éventuellement occasionner des . Tous les Etats qui participent à la protection du climat créent également un avantage pour les autres sans être indemnisés pour leur contribution. Dans le jargon, on parle alors d’.

      Le problème inhérent aux passagers clandestins s’accentue à mesure que le nombre d’ concernés augmente. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) comprend 196 Etats souverains. En revanche, les dix principaux émetteurs de gaz à effet de serre représentent à eux seuls plus de 75% des émissions de CO2 dans le monde. La Suisse génère actuellement 0,13% de ces émissions. Comme c’est un petit pays, les incitations à agir comme un passager clandestin tendent à être nombreuses.

      Veuillez noter que le problème inhérent aux passagers clandestins entrave l’efficacité de la politique climatique internationale.

    1. b)

      Complétez le tableau en appliquant au cas concret des pays 1 et 2 les connaissances que vous avez acquises sur la «problématique des biens publics».

       Biens publics: prévention des émissions (protection du climat)
      Quels effets externes favorables génèrent les biens publics?

      Qui en profite?
      Dans cet exemple, comment lutter contre une pénurie?

       


    1. 9)
    1. a)

      Lisez l’extrait ci-dessous, puis exécutez la tâche partielle b en vous aidant de la fiche d’information «La politique climatique internationale».

      «De nombreux pays se sont récemment fixé unilatéralement des objectifs climatiques sensiblement plus ambitieux en réaction au mouvement pour le climat. En 2019, la Suisse a décidé de réduire ses émissions de gaz à effet de serre pour atteindre zéro émission nette à l’horizon 2050. En d’autres termes, elle ne devra alors plus rejeter dans l’atmosphère davantage de gaz à effet de serre que ce que les puits de carbone naturels et artificiels (p. ex. reboisement) sont capables d’absorber. En décembre 2019, l’UE a fixé des objectifs similaires dans son «pacte vert pour l’Europe». En septembre 2020, le président chinois Xi Jinping a surpris la communauté internationale en annonçant à l’Assemblée générale des Nations Unies que la Chine visait elle aussi un objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre, mais à l’horizon 2060. Enfin, le nouveau président des Etats-Unis Joe Biden et le premier ministre canadien Justin Trudeau ont déclaré fin février 2021, au cours d’une visioconférence, que leurs deux pays souhaitaient devenir climatiquement neutres d’ici à 2050.»

    1. b)

      La volonté croissante de nombreux Etats de se soumettre à des objectifs climatiques ambitieux est contraire à la «logique des passagers clandestins». Citez deux motifs éventuels expliquant que ces pays se fixent unilatéralement des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.