Faire le break ou tricher?
Argent, monnaie et finance
Sport et économie
()
63 Visites
Faire le break ou tricher?
Thursday 25 February 2016

Pourquoi les joueurs sont-ils tentés par la triche et comment agir?

Source: Pixabay - tenisenelatlantico

Après les révélations concernant des suspicions de corruption dans le tennis (voir mon précédent blog), le supposé sport des «gentlemen» s’est retrouvé sous les feux des projecteurs, mais cette fois pour son côté obscur. Après l’analyse des données sur les paris sportifs et selon l’enquête de BuzzFeed et de la BBC, certains joueurs auraient en effet perdu des matchs à plusieurs reprises et dans des circonstances suspectes. Alors que la plupart des joueurs bénéficient d’un statut prestigieux et ont la chance de pouvoir vivre de leur passion, pourquoi s’engagent-ils dans de telles manipulations?

Les incitations

Outre toutes considérations éthiques, l’appât du gain est probablement la motivation principale, mais plusieurs éléments rentrent également dans l’équation:

  • La probabilité de se faire attraper;
  • La sanction si l’on se fait prendre (exclusion à vie du sport, perte de revenus, prison, etc.);
  • Le pot-de-vin reçu.

Truquer un match est une décision risquée, le pot-de-vin reçu doit donc être à la hauteur du risque pris (et donc supérieur aux pertes consenties lorsque le joueur se fait pincer, multiplié par la probabilité de se faire prendre). L’élite du tennis mondial ne devrait donc pas être concernée par cette problématique. Par exemple, Forbes estime le revenu de Roger Federer en 2015 à 67 millions de dollars. Imaginez donc le pot-de-vin nécessaire afin de le convaincre de prendre un tel risque!

Cependant, lorsque l’on descend dans le classement, les incitations peuvent changer… Selon une étude de la Fédération Internationale de Tennis, plus de la moitié des gains monétaires des tournois en 2013 avaient été empochés par les 1% des joueurs les mieux classés. De plus, selon ce même rapport, seulement 600 joueurs dans le monde gagnent plus en jouant au tennis qu’ils n’en dépensent. La tentation est donc plus forte pour ces joueurs de «seconde zone».

Que faire?

Ce problème d’incitation est bien connu des institutions, c’est notamment pour cette raison que les primes remportées lors des tournois du Grand Chelem ont récemment augmenté, même pour les joueurs éliminés aux tours préliminaires. Selon The Economist, augmenter les dotations des tournois est une bonne idée, tant que la progression de celles-ci reste élevée d’un tour à l’autre. Cette augmentation devrait également être accompagnée d’un renforcement de la surveillance du marché des paris, où chaque suspicion devrait s’accompagner d’une enquête sérieuse. Cette dernière est d’autant plus importante qu’il existe plusieurs façons de truquer un match et n’implique pas nécessairement la défaite («spot-fixing»): on peut par exemple parier sur la perte d’un set en particulier.

C’est exactement le rôle joué par la Tennis Integrity Unit (TIU), mise sur pied en 2008. Une telle instance est d’autant plus importante que le tennis est un sport particulièrement vulnérable au trucage:

  • Un seul joueur à corrompre;
  • Une forte inégalité salariale;
  • Les revenus générés par les paris sont substantiels (voir figure ci-dessous).

 


Source: The Economist. Good money, bad money. (06.06.2015)

Le scandale que traverse actuellement le monde du tennis n’est pas sans rappeler celui des matchs truqués dans le football qui a éclaté en 2009. La présence de corruption dans le sport semble donc bien être une réalité et doit être combattue. Il est en effet dans l’intérêt de toute organisation sportive d’avoir un sport «propre». D’autant plus que l’industrie du sport constitue un milieu attractif pour le crime organisé…

Blogs apparentés:

Pour en savoir plus:

Maude Lavanchy,
Doctorante en sciences économiques et assistante à l’Université de Lausanne.

Cet article est une contribution d’une invitée. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur.

× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.