La bataille des économistes, 2ème round
Critiques et comptes rendus
Développement, croissance et environnement
Emploi, revenus et conjoncture
()
179 Visites
La bataille des économistes, 2ème round
Tuesday 16 September 2014

Un rap pour mieux comprendre le débat économique, tel est l'objectif du nouveau clip vidéo d'Econstories.tv. Grâce à de nombreux liens avec la récente crise économique, cette vidéo apporte une image complète des deux courants de pensée économique actuels.

Sources: Wikimedia / DickClarkMises (Hayek) / Lawrencekhoo (Keynes)

Après le succès remporté par leur premier clip vidéo en 2010 (Fear the Boom and Bust), le site Econstories.tv rend à nouveau hommage aux deux grands économistes et à leurs théories divergentes: John Maynard Keynes (1883-1946) et F. A. Hayek (1899-1992). Dans leur nouvelle vidéo Fight of the Century, les fondateurs de cette plateforme, Russ Roberts et John Papola, unissent leurs talents pour évoquer une question centrale de l'économie actuelle: quelles sont les solutions à adopter pour sortir de la crise?

Alors que la première vidéo était une introduction aux différentes théories économiques de base, cette nouvelle contribution raconte une histoire et ouvre le débat: est-ce que la société a besoin d'une solution par «la base» (marché libre) ou par «le sommet» (économie planifiée)? Autrement dit, devons-nous appliquer la théorie keynésienne ou la pensée autrichienne?

Keynes vs Hayek

Pendant près de 10 minutes, on peut ainsi observer ces deux grands penseurs s'affronter à la fois sur le ring et devant un auditoire rempli d'acteurs de la vie économique. On assiste ainsi à une véritable bataille d'arguments au sujet du ralentissement économique (causes et remèdes).

Selon la théorie keynésienne, ce sont les dépenses qui alimentent la croissance (le fameux multiplicateur keynésien). Le gouvernement joue donc un rôle clé pour apporter «l'étincelle» permettant de relancer l'économie. Une surveillance des marchés est également recommandée afin d'éviter que ceux-ci ne deviennent fous. En effet, le monde étant par nature incertain, les marchés peuvent facilement s'effondrer.

À l'inverse, la pensée dite «autrichienne» voit l'économie comme «organique» et met l'individu au cœur de la société. L'État n'a pas de rôle à y jouer. Il est important de laisser les marchés fonctionner librement. L'approche keynésienne est ainsi appelée une «vanité fatale», car celle-ci conduirait à une série de bulles économiques et non à la croissance. Les incitations de l'Etat ne représentant en effet pas nécessairement la volonté de la société dans sa totalité, ses interventions peuvent être inefficientes (par exemple pour sauver des secteurs «malades» aux dépens de secteurs «sains»).

Le gagnant?

La solution vient-elle du bas ou du haut? La question et le débat restent ouverts. Malgré un semblant de K.O., le juge donne John Maynard Keynes vainqueur, illustrant ainsi la dominance de la théorie keynésienne dans la profession. Cependant, au vu de la popularité d'une part importante de l'auditoire pour F. A. Hayek, un intérêt grandissant pour une théorie alternative se fait également ressentir.

Blog apparenté:

Pour en savoir plus:

Maude Lavanchy, Doctorante en sciences économiques et assistante à l'Université de Lausanne.

Cet article est une contribution d'une invitée. Son contenu n'engage que la responsabilité de l'auteur.

× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.