Banque nationale suisse
Franc fort, flux de capitaux, politique monétaire: quel est le lien?
Argent, monnaie et finance
()
174 Visites
Franc fort, flux de capitaux, politique monétaire: quel est le lien?
vendredi 22 mai 2015

Un taux de change fixe peut paraître attractif: pas de problème de franc fort perçu comme frein aux exportations helvétiques. Alors, pourquoi ne pas adopter cette stratégie?

 

Source: Wikimedia - Auteur: Monaneko.

Le trilemme monétaire

Il est souvent admis qu’une économie souhaiterait atteindre trois objectifs:

Source: Représentation personnelle

Malheureusement, il n’est pas possible d’atteindre ces objectifs simultanément. Pourquoi? Car ils sont incompatibles! Cette problématique peut être représentée par un triangle d’incompatibilité (d’où son nom de trilemme monétaire); une économie ouverte se doit de choisir un seul des trois côtés.

Taux de change fixe et mobilité des capitaux

L’économie nationale se trouve donc sur le côté «A» du triangle et perd ainsi son autonomie monétaire. Comment ça marche? Pour le savoir, il est important de comprendre comment le taux de change est déterminé sur les marchés. Afin d’investir dans notre économie, les investisseurs étrangers doivent échanger leur monnaie contre la nôtre. Cette augmentation de la demande pour notre devise va faire augmenter son prix, c’est-à-dire que la monnaie s’apprécie. Hors, si le taux de change est fixe, la devise ne peut pas changer de valeur. La banque centrale va donc devoir intervenir en augmentant l’offre de monnaie disponible sur les marchés pour l’empêcher de s’apprécier.

Imaginons maintenant que la banque centrale veuille tout de même contrôler sa politique monétaire. Dans le triangle, cela signifie qu’elle essaie de réaliser les trois objectifs simultanément. Supposons par exemple qu’elle décide de baisser le taux d’intérêt. Un taux d’intérêt plus bas implique des rendements des actifs moins intéressants pour les investisseurs étrangers qui préfèrent chercher des opportunités ailleurs. Ils vendent donc leurs avoirs en monnaie nationale. La banque centrale achète ces devises nationales contre de la monnaie étrangère, afin de maintenir la stabilité du taux de change. Le problème c’est que le stock de monnaie étrangère que la banque centrale possède (et peut vendre) est limité. L’autorité monétaire du pays ne possèdera pas suffisamment de devises étrangères pour continuer à absorber la monnaie nationale en «surplus» indéfiniment. Une fois ses réserves de devises épuisées, elle n’aura d’autres choix que de rétablir son taux d’intérêt ou de passer à un taux de change flexible (ou de subir une dépréciation). Viser les trois côtés du triangle simultanément n’est donc pas possible.

Avec son taux de change fixe et la liberté de circulation des capitaux, l’union monétaire européenne a choisi le côté «A» du triangle. L’avantage d’un tel choix est l’élimination du risque de change au sein de l’union. La circulation des biens et des capitaux devrait donc être plus élevée au sein des pays membres. Néanmoins, son désavantage principal survient lors de chocs économiques nationaux, c’est-à-dire lorsqu’un seul pays est dans une situation économique délicate mais pas les autres. Dans ce cas, la nation en difficulté ne pourra pas user de la politique monétaire pour contrer ce choc (ajuster ses taux par exemple).

Taux de change fixe et contrôle des flux de capitaux

Si l’économie choisit de garder un taux de change fixe, mais désire tout de même contrôler sa politique monétaire, elle peut choisir le côté «B» du triangle. Dans ce cas, les flux de capitaux ne doivent plus circuler librement et des contrôles sont donc mis en place. Le pays bénéficie toujours de la stabilité du taux de change et de sa politique monétaire pour palier à certains chocs économiques. Un avantage du contrôle des capitaux est de rendre les afflux et reflux plus stables. Si le pays est en développement, un retrait massif et soudain de capitaux étrangers pourrait heurter fortement son économie. Cependant, en imposant des contrôles sur les capitaux entrants et sortants, les investisseurs sont moins attirés par des actifs dans ce pays. Même si le rendement est élevé, la possibilité de ne pas pouvoir retirer son argent à n’importe quel moment présente un risque. La quantité d’argent investie dans le pays sera donc plus faible ce qui peut entraîner un ralentissement de son développement.

En pratique, il est difficile d’implémenter des contrôles sur les capitaux. Comme le présente économiesuisse dans un rapport, les monnaies nationales sont principalement échangées sur des marchés étrangers (plus de trois-quart du volume de francs suisses est négocié hors du sol helvétique). Seuls certains pays, comme la Chine, peuvent imposer des restrictions sur les capitaux puisque les banques chinoises gardent la main mise sur les échanges de yuan.

La meilleure solution?

Le dernier côté, le côté «C», est celui choisi par la Suisse. Le pays garde donc le contrôle de sa politique monétaire mais est aussi sujet à des variations de son taux de change. S’ensuivent les problèmes bien connus du franc fort et ses implications sur les exportations de notre pays. Pourtant, la nation garde le contrôle de son taux d’intérêt (et de son inflation) et bénéficie d’une entrée de capitaux dans l’économie.

Chacun des côtés du triangle correspond à un choix stratégique du pays et a donc ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, en gardant son taux de change fixe et sa politique monétaire sous contrôle, la Chine peut booster ses exporations et garder le contrôle de ses taux d’intérêt. Une telle politique ne profiterait pas autant à un pays importateur. La meilleure solution dépend donc du développement financier, de la situation politique et sociale ainsi que de beaucoup d’autres facteurs souvent spécifiques à chaque nation.

Blogs apparentés:

Pour en savoir plus:

Rachel Cordonier,
Doctorante en sciences économiques et assistante à l’Université de Lausanne.

Cet article est une contribution d’une invitée. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur. 

× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Nombre de caractères restants: 800
captcha

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.