Blogs apparentés

 
 
Noémie Roten, lundi, 5 janvier 2015, 10:01

Un taux d’intérêt négatif pour contrer le franc fort?

La BNS introduira un taux d’intérêt négatif sur les avoirs en comptes de virement dès le 22 janvier. Quelles conséquences pour le cours plancher et pour mon compte en banque?

Cet article a été actualisé le 15 janvier 2015.

Source: BNS

La crise du rouble conjuguée à la chute des cours pétroliers provoquent de nouveaux afflux de capitaux en quête de placements sûrs en Suisse, renforçant ainsi la demande en francs suisses. Cela constitue une pression à la hausse sur notre monnaie nationale, considérée par beaucoup comme une valeur refuge. Comme la Suisse est un pays exportateur (en 2013, près de 60% de ses produits étaient exportés vers l’Europe), elle pâtit de l’appréciation de sa monnaie.

Par ailleurs, la Banque centrale européenne (BCE) a de son côté prévu de mettre en circulation 1000 milliards d’euros supplémentaires dans le cadre de sa politique d’assouplissement quantitatif visant à stimuler la conjoncture morose qui règne dans la zone euro. La mise en œuvre de ce programme devrait également affaiblir l’euro par rapport au franc suisse.

Dans ce contexte, l’introduction d’un taux d’intérêt négatif semble logique. En effet, la BNS a souvent répété qu’elle était prête, si nécessaire, à acheter des devises en quantité illimitée pour défendre le cours plancher de 1,20 CHF/Euro. Elle fait ainsi appel à un instrument non conventionnel supplémentaire pour lutter contre l’appréciation du franc suisse. En quoi cette mesure est-elle susceptible de soutenir le cours plancher?

Un taux d’intérêt négatif rend les placements en francs moins attrayants

En appliquant un taux d’intérêt de –0,25% sur les avoirs excédant 10 millions de francs (cf. Communiqué de presse de la BNS pour plus d’informations à ce sujet), la BNS accroît les coûts liés à la détention de liquidités de 0,25 point pour les banques commerciales, compagnies d’assurances et autres établissements financiers. Concrètement, cela signifie qu’un établissement qui détiendrait un avoir en comptes de virement de l’ordre de 10 millions de francs auprès de la BNS, devrait s’acquitter de près 25'000 francs d’intérêts par année pour le dépôt de ses avoirs en francs suisses.

Cette mesure devrait pousser les banques commerciales à revoir leurs stratégies d’investissements. En effet, à la place de stocker leurs avoirs en francs suisses auprès de la BNS, les banques concernées devraient être plus enclines à se prêter de l’argent entre elles. Par conséquent, les taux d’intérêt des placements en francs sur le marché interbancaire devraient diminuer, ce qui rendrait ce type de placements moins attrayant. En effet, la BNS vise ainsi un Libor à trois mois situé dans la zone négative (entre –0,75% et 0,25%).

Si les avoirs en comptes de virement devaient continuer de croître, la BNS a déjà averti que le montant soumis au prélèvement augmenterait d’autant: «La détention de liquidités en francs va de ce fait enchérir» (cf. Informations de Thomas Jordan aux médias).

Quid du cours plancher?...

Au travers du mécanisme décrit plus haut, il sera plus cher (et donc moins profitable) de détenir du franc suisse. La demande en francs devrait donc diminuer.

Il est intéressant de relever que la seule évocation d’un éventuel recours au taux d’intérêt négatif par un membre de la direction générale de la BNS en septembre dernier avait déjà eu un impact sur le cours du franc suisse: ce dernier avait passé à un peu plus de 1,21 CHF/Euro dans l’après-midi contre 1,2070 en matinée.

…et de mon compte en banque?

L’intérêt négatif ne concernant que les comptes de virement détenus par les banques commerciales et autres établissements financiers auprès de la BNS, les petits épargnants ne sont, dans un premier temps, pas directement touchés par cette mesure. Il revient aux banques de décider si elles veulent répercuter les taux négatifs sur la rémunération des comptes épargne et les conditions d’octroi de crédits.

Selon Bilan, les intérêts sur les comptes épargnes étant déjà très faibles, il semblerait, pour le moment, que les banques commerciales ne prévoient pas de répercuter ce taux d’intérêts négatif sur les épargnants. Le magazine relève que, le taux d’inflation étant extrêmement bas en Suisse, voire négatif, le taux d’intérêt réel des comptes épargne reste positif quoi qu’il en soit. Selon Thomas Jordan, l’impact sur le marché immobilier devrait aussi être minime, les taux étant déjà très bas.

Le taux d’intérêt négatif n’est pas inconnu au bataillon, les taux d’intérêts réels ayant parfois été négatifs au cours de l’histoire, comme aux Etats-Unis dans les années 60. Quant à la BNS, elle avait déjà introduit un taux d’intérêt nominal négatif dans les années 70 et ce, afin de décourager les entrées de capitaux.

Mise à jour du 15 janvier 2015, 17 h 30: La BNS a décidé d’abolir le cours plancher de 1,20 franc pour 1 euro avec effet immédiat et de cesser d’acheter des devises en quantité illimitée afin de le défendre. Parallèlement à la suppression du cours plancher, la Banque nationale abaisse le taux d’intérêt appliqué aux avoirs en comptes de virement, le fixant à −0,75% à compter du 22 janvier. Les montants exonérés demeurent inchangés. La nouvelle baisse des taux d’intérêt rend les placements en francs encore moins attrayants et amortit les effets de la suppression du cours plancher. La BNS adapte en outre de 0,5 point vers le bas la marge de fluctuation du Libor à trois mois, qui sera désormais comprise entre –1,25% et −0,25%. (cf Information des médias du 15 janvier 2015, 13 h 15)

Blogs apparentés:

Pour en savoir plus:

Noémie Roten,
Diplômée en économie politique de l’Université de St-Gall.

Cet article est une contribution d’une invitée. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur.

entry tx_cabagblog_domain_model_entry Multi 912 24 1035
(0)
(0)
 
1145 Visites, 0 Commentaires
 
Commentaires (0)Commenter
Pas de commentaire
Ajouter un commentaire


*

Entrez le code

Les champs marqués d’un astérisque (*) doivent être remplis.

Remarque: Nous apprécions les discussions franches, mais nous nous réservons le droit d’effacer les propos insultants. Pour plus d’infos, voir les Règles concernant les commentaires

 

Annuler