Prix Nobel d’économie 2016: revue de presse
Emploi, revenus et conjoncture
Les hommes et l’économie
()
105 Visites
Prix Nobel d’économie 2016: revue de presse
mercredi 12 octobre 2016

Bengt Holmström et Oliver Hart remportent le prix de la Banque centrale de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel pour leurs travaux sur la théorie des contrats.

Sources: Wikipedia (gauche); Harvard Faculty of Arts and Science (droite)

Selon le communiqué de presse officiel de l'Académie royale des sciences de Suède, Bengt Holmström et Oliver Hart se voient récompensés pour leurs recherches qui ont jeté les bases de la théorie des contrats. Ces dernières ont en effet mis en lumière l’utilité des contrats dans le règlement des conflits d’intérêts entre différents acteurs économiques (actionnaires-managers, assureurs-assurés, employeurs-employés, autorités publiques-fournisseurs, etc.); contrats qui sont essentiels au fonctionnement de nos sociétés modernes et qui permettent d’aboutir à des décisions mutuellement plus bénéfiques.

La contribution des lauréats à la théorie des contrats

Dès les années 70, Bengt Holmström s’est intéressé à comment un «principal» (les actionnaires d’une compagnie par exemple) était en mesure de designer un contrat optimal pour un agent dont les actions ne sont observables qu’en partie. Il développa entre autres un principe – l’«informativeness principle» – qui décrit comment le contrat en question doit lier la rémunération de l’agent aux informations que le principal possède quant à la performance dudit agent.

Au milieu des années 80’, Oliver Hart apporta quant à lui une contribution fondamentale à une nouvelle branche de la théorie des contrats qui traite des contrats incomplets. Puisqu’il n’est pas possible de tout spécifier dans un contrat, ni d’anticiper toutes les éventualités, il est important de définir quelle partie, en cas de désaccord, est habilitée à prendre des décisions et dans quelles circonstances.

Le communiqué de presse précise que, au cours des dernières décennies, les recherches des lauréats ont donné naissance à «un champ fertile de recherche fondamentale». Ils ont exploré nombre de domaines d’applications de la théorie des contrats: la rémunération des dirigeants basée sur leur performance, les franchises pour les preneurs d’assurance ou encore la privatisation de secteurs publics.

A la question de savoir dans quelle mesure les dirigeants d'entreprise devraient être rémunérés au travers de programmes tels que les primes ou les stock-options, Holmström répond que ses recherches ne fournissent pas de réponse directe à cette question. Il aurait déclaré néanmoins que, de son point de vue, les contrats des dirigeants d'entreprise étaient trop compliqués, mais que ces derniers n'obtiennent désormais plus tout sur une période très courte, «ils obtiennent les choses au fil du temps», ce qui constitue une amélioration. Les stock options ont effectivement de plus en plus été remplacées par des «actions de performances», censées mieux prendre en compte l'avenir de l'entreprise, au-delà du mandat de son directeur.

Pour plus d’informations au sujet de la théorie des contrats et de son application, voir:

  • le descriptif de l’Académie royale des sciences de Suède.
  • Investopédia qui aborde, entre autres, les problématiques du moral hazard, de la sélection adverse, ainsi que du signalling.
  • la courte interview donnée par le Professeur Per Strömberg, Président du comité du Prix des sciences économiques, au sujet de l’importance de ce champ de recherche pour l’économie:

<iframe allowfullscreen="" frameborder="0" src="https://www.youtube.com/embed/sHTtEv06sR8" height="245" width="435"></iframe>

Source: Nobelprize.org

Les lauréats en quelques mots

Oliver Hart, né à Londres en 1948, obtient son doctorat à Princeton (USA) en 1974 et est Professeur d’économie à Harvard depuis 1993.

Bengt Holmström, né à Helsinki en 1949, obtient son doctorat à l’Université de Stanford en Californie. Il est Professeur d’économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) aux USA depuis 1994.

L’origine des deux primés motive les commentateurs à s’épandre sur l’évidente suprématie américaine en termes de Prix Nobel d’économie. Le Figaro, qui propose une infographie interactive à ce sujet, nous rappelle que, depuis la création du prix en 1969, un peu plus de 70% des lauréats étaient issus d’Universités américaines et qu’un seul prix Nobel a été octroyé à une femme.

Blog apparenté:

Pour en savoir plus:

Noémie Roten,
Diplômée en économie politique de l’Université de St-Gall.

Cet article est une contribution d’une invitée. Son contenu n’engage que la responsabilité de l’auteur.

Diplômée en économie politique de l’Université de St. Gall ainsi qu'en philosophie et politique publique de la London School of Economics and Political Science.
Thèmes: Politique économique actuelle, économie publique, économie comportementale, économie de l’information


Tous les articles de:
»

Tous les articles de l’équipe du blog d’iconomix »
Blogs apparentés
× Nous avons bien reçu votre commentaire et vous en remercions. Il a été traité avec succès.

Commentaires

Es tut uns leid, kommentiert wurde deaktiviert

Aucun commentaire n'a encore été publié sur cette page.

Formulez le premier commentaire.